Le menteur suivi du Fantôme de Marseille

d'après Jean Cocteau

  • Adulte
  • Troupe
  • Durée : 50 minutes
  • Créé en octobre 2013

Deux courts textes se retrouve liés dans cette pièce sur le thème du meurtre et du mensonge...

Équipe

  • Adaptation et mise en scène

    Hazem El Awadly

  • Scénographie

    Hazem El Awadly

  • Costumes

    Hazem El Awadly

  • Musique

    Rah, Abdel Halim Hafez
    Layali el onss fi vienna, Asmahan

  • Régie vidéo, son et lumière

    Hazem El Awadly

  • Avec

    La troupe du Théâtre Nout

À propos de l'œuvre

Le menteur

La soif de vérité du comédien, est la source de sa souffrance. Il se dévoile, au propre, comme au figuré et fait parvenir subtilement au public son message : le comédien ne ment pas, il se métamorphose, par le costume et le maquillage, pour pouvoir mettre à nu son âme et ses sentiments qui se révèlent être plus vrais que nature.

Cette souffrance du comédien incompris, représente la passion du théâtre. Passion qui peut être interprétée comme un vice douloureux, mais aussi comme une délivrance des codes de notre société moderne, qui nous pousse à endosser certains masques et donc à mentir.

Le menteur, de Jean Cocteau, est un court texte écrit pour Jean Marais. Le thème du mensonge qui hante Cocteau est, dans cette adaptation, approchée du point de vue du comédien, qui, de tout temps et à tort, à été qualifié de menteur.

Le fantôme de Marseille

Un meurtre dans le domaine de la prostitution menant à l’interrogatoire de trois prostituées et de leur maquerelle, ou simple jeu de scène et commérages devant un dessinateur venu immortaliser leur folie. Chacune d’entre elles nous emporte, et nous séduit, dans leur fantasque récit.

Écrit en 1933 pour Édith Piaf, d’après le conte portant le même titre et publié par la N.R.F.